L’intégration des marques dans les jeux sociaux

L’intégration des marques dans l’univers du jeu a des antécédents de succès et d’échecs spectaculaires, alors quelles sont les options pour les marques qui cherchent à faire participer le public par le biais des jeux sociaux ?

 

 

Les réseaux sociaux ont révolutionné la façon dont les gens passent du temps en ligne,  ils ont amené les utilisateurs à trouver de nouvelles voies passionnantes sur la façon dont ils passent leur temps. Ils se tournent vers la résolution de problèmes plutôt que de se contenter d’amis. Et les marques en profitent pour de la même occasion en proposants des produits virtuels, des publicités intégrées à des jeux qui combinent des interaction avec le monde réel, les entreprises souhaitent réellement obtenir une part du gâteau. Mais avant que les marques ne puissent entrer en tête, il vaut la peine d’envisager l’échelle de cette intégration émergente pour créer un impact social durable.

Le jeu social devient sans cesse une considération importante pour les spécialistes du marketing car il présente de nombreuses possibilités pour atteindre un public plus large.

Un chiffre d’affaires publicitaire de 28,2 millions de dollars, voilà ce que l’éditeur de jeux de Zynga a obtenu au premier trimestre, soit plus du double de l’année précédente, tout cela souligne le potentiel énorme de la croissance des publicités dans les jeux sociaux.

 

Unilever a récemment signé un accord pour annoncer une gamme de produits dans les jeux de Facebook. Le jeu « The Sims Social », qui regroupe 16,4 millions de personnes par mois, comprend maintenant du savon Dove et de la glace Magnum, ce qui encourage les utilisateurs à bénéficier de récompenses pour l’utilisation des produits Unilever.

Les publicités dans le jeu social en sont à leurs balbutiements et il n’existe pas de norme métrique pour mesurer leur portée. Par contre, nous pouvons évaluer leur l’impact grâce à des mesures spécifiques qui existe déjà pour les réseaux sociaux.

Un autre exemple est celui des serviettes en papier Bounty ont lancé une campagne dans un jeu EA appelé « Restaurant City » et ce dernier a généré plus de 500 000 « Like » sur sa page Facebook.

Les jeux sociaux offrent un niveau d’intégration beaucoup plus élevé que les supports imprimés, la télévision ou la radio en raison de leur nature interactive.

Le Bureau de la publicité sur Internet (IAB) a constaté que 79% des joueurs répondaient positivement à la publicité dans les jeux et que les marques devraient tirer le meilleur parti de cela. Il est important de s’assurer que les valeurs du jeu s’alignent succinctement sur celles de la marque, sinon la communication des messages peut être perdue.

 

 

Le brand advertising manager de Zynga a déclaré une fois: « L’objectif de la marque doit correspondre à la cible du jeu. Nous avons dit non aux marques qui nuirait au gameplay « .

Quand beaucoup de personnes s’engagent initialement avec une marque, ils sont plus susceptibles de faire attention au message de la marque si le jeu est lié à un échange de valeur.

 

De plus, en ce qui concerne l’engagement des utilisateurs par le jeu sur les réseaux sociaux comme Facebook, il ne faut pas oublier qu’ils sont essentiellement des territoires de jeux déjà acquis par l’utilisateur et qu’ils maîtrise déjà.

Les marques qui décident d’entreprendre dans le jeu social doivent s’assurer qu’elles comprennent leurs partisans pour éviter de nuire au gameplay, les marques et leurs valeurs associées doivent correspondre avec le contexte du jeu et correspondent parfaitement. Si cet ajustement est réussie, le bon niveau d’intégration peut être administré pour créer une valeur significative qui se traduira certainement par l’acquisition de nouveaux clients du monde réel.

En Afrique comme dans d’autres régions du monde, le jeu social se développe, mais c’est certainement un espace de jeu où les marques doivent jouer.